Posts Tagged ‘semi-marathon’

Semi-marathon de Cannes – 22ème édition

Mardi, février 25th, 2014

1723477_10203145299655556_1884070540_n

Dimanche matin, il y avait grand soleil sur Cannes. Ça tombait bien: c’était justement le jour du semi-marathon. Je suis en petite forme depuis le début de l’année, embêté par divers microbes perfides probablement rapportés de la crèche par mon fils (2 ans)… Plutôt que faire 4h de route (A/R) pour un mauvais chrono, j’étais donc tenté d’aller courir le 18km de Rognes, à la place. Allons, un peu de courage, mon garçon ! Et je me suis finalement décidé à y aller, en sachant bien qu’il n’y aurait pas de miracle. J’arrive péniblement à passer sous les 3’45″/km pendant les 3000 dans les séances de seuil et comme je vois bien que je n’ai pas de marge là-dessus, je ne peux pas prétendre tenir ça sur un semi. Oui, je sais que je ne suis qu’un horrible rationaliste qui n’a pas les chakras très ouverts mais je n’ai pas l’habitude de compter sur un quelconque dieu pour m’aider même si aujourd’hui, j’ai le dossard numéro 13…  Bref, cette année, je ne vise pas moins de 1h20′. En fait, je serais déjà content de pouvoir courir à 3’50″/km.
A la récupération du dossard, je ne vois guère de têtes connues. Je pars donc m’échauffer. Je me sens plutôt en forme. Mon genou, abondamment tartiné de pommade, se tient à peu près tranquille. Il fait super-beau (et doux). Seul point négatif, il y a déjà un peu de vent.
Ça part à 9h45. Cette année, je suis encore dans le sas des 1h20 et je suis donc devant. Pour autant, je ne m’emballe pas et je passe au 1000m en 3’42 », un peu derrière Stéphane, un collègue du Caval de Pertuis qui va de toute façon beaucoup plus vite que moi en temps normal. Un poil trop rapide pour mon allure-objectif donc, mais je suis bien. On part en direction de l’ouest et au bout de quelques kilomètres, on arrive à l’épingle à cheveu. Mais là, le petit vent dont je parlais plus haut vient refaire un petit coucou et c’est tout de suite beaucoup moins facile. J’essaie de rester dans des groupes mais ce n’est pas évident. Je suis assez soulagé quand on se retrouve au port, un peu abrités. Ce n’est pas un vent très violent et on le prend de travers, mais on y laisse de l’énergie et je crains le deuxième tour. En direction du Palm Beach, ça passe bien, d’autant qu’il y a des spectateurs. J’essaie de repérer Jean-Marc et un de mes collègues dans les coureurs derrière nous, sans succès. Par contre, je croise l’inoxydable Layachi. Epingle à cheveu, et remontée en direction de l’ouest, je passe au 10km en 37’55 », toujours à mon rythme (il y a des kilos très faux, bizarre pour cette course). Re-épingle à cheveu et… re-vent. Et là, comme prévu, c’est plus dur qu’au premier tour. Je coince pas mal, comme les gars autour de moi, on dirait. Je passe au 16ème en 1h01’35 ». Ouch ! Je ne suis plus vraiment capable de calculer si ça peut encore passer en moins de 1h21’… Et je termine finalement en 1h21’03 ». Je sais que 5″ de moins, blah blah blah… Mais à la fin, j’avais de quoi résister aux gars qui essayaient de me doubler au sprint, pas de quoi reprendre 5″… Je suis classé 42ème/1102.
Je pense que ce n’était pas un très grand cru: ça s’est gagné en 1h05’52 ». Je suis devant la deuxième féminine (la première est en 1h15’19 », quand même). Une autre féminine, qui me donne parfois un peu de fil à retordre, termine en 1h26. Stéphane (du Caval) est un tout petit peu en dessous de 1h20, probablement pas au top non plus (il me semble qu’il a déjà fait 1h16′, à Cannes). Mais finalement, je suis content d’être venu. Ça reste une très belle course et ça fait du bien de courir sur un terrain où dépasser 10km/h n’est pas l’exploit du siècle… Bon, et bien c’est pas tout ça, mais il est temps maintenant de préparer le TSV… Une autre histoire…
—————–

Pointages:

1:    3’42 »
2:    3’43 »
3:    3’48 »
4:    3’46 »
5:    4’17 »    –    19’19 » (Faux)
6:    3’25 (Faux)
7:    3’45 »
8:    3’49 »
9:    3’48 »
10:    3’47 »    –    37’55 »
11:    3’52 »
12:    3’46 »
13:
14:    7’43 »
15:    3’53 »    –    57’11 »
16:    4’24 »    –     1h01’35 » (Faux, cf 5ème)
17:    3’35 » (Faux, cf 6ème)
18:    3’53 »
19:    3’54 »
20:    3’56 »    –    1h16’55 »
21:    3’48 »
21.1:    0’20 »    – 1h21’03 »
—————–

Préparation semi de Cannes

Mercredi, février 12th, 2014

Après la course de Trets, style mi figue-mi raisin, j’étais bien décidé à retourner sur la route pour retrouver de l’allure. Même si je prépare une saison essentiellement de trail, cette année, comme je suis souvent un poil limite techniquement, j’essaie de compenser en travaillant ma vitesse de base. Avant le Trail de la Sainte Victoire, ça m’aurait bien dit de reprendre un peu d’allure, avec l’objectif de refaire au moins une course sur route…

Bon alors, déjà, ça ne veut pas trop revenir. J’arrive péniblement à retourner sous mon allure semi-objectif sur les séances de seuil, mais presque toujours dans la douleur. Les séances de VMA sont à l’image: pas bien rapides et pénibles. A cela s’ajoute ma douleur au genou qui s’est un peu estompée, mais ne disparaît pas (une tendinite rotulienne, je pense). Et enfin (et surtout), tous les virus et autres bactéries que mon fils récupère à la crèche (sans forcément développer les maladies correspondantes) semblent se trouver bien dans mon organisme… J’ai donc déjà eu deux gastros (dont une le week-end dernier), et j’ai une espèce de sensation de fatigue qui ne me quitte pas. Les années précédentes, ce genre de coup de mou m’est déjà arrivé plusieurs fois, et j’ai traité ça par le mépris… J’espère que le schéma va se reproduire. Bref, pas la meilleure période.

Je suis donc un peu incertain pour Cannes dans 1 semaine 1/2… Vu ma forme actuelle et mes chronos, je ne pense pas être en mesure de passer sous les 1h20′ cette fois, et honnêtement, je n’ai pas trop envie de faire la route jusque Cannes pour un chrono en bois. Bref, on verra bien…